Éditions Obsidiane

 

Gérard Cartier

(1949)
 

Gérard Cartier est ingénieur (le tunnel sous la Manche, le Lyon - Turin) et poète. Ses premiers livres tirent leur motif de l’Histoire : la déportation de Robert Desnos (Alecto !, Obsidiane, 1994) et la résistance en Vercors (Introduction au désert, Obsidiane, 1996; Le désert et le monde, Flammarion, 1997 - Prix Tristan Tzara). Ses livres récents composent une autobiographie fantasque (Méridien de Greenwich, Obsidiane, 2000 - Prix Max Jacob), imaginaire (Le hasard, Obsidiane, 2004) ou peut-être véritable (Le petit séminaire, Flammarion, 2007). Le dernier recueil, Tristran (Obsidiane, 2011) interprète librement la légende.

Cabinet de société (Éd. Henry, 2011) est un recueil de récits en hommage aux saints Lagarde et Michard.

Il a traduit le poète irlandais Seamus Heaney (La lanterne de l’aubépine, Le Temps des Cerises). Il est par ailleurs, avec Francis Combes, l’initiateur de l’affichage de poèmes dans le métro parisien qui s'est poursuivie de 1993 à 2007.



Bibliographie

Poésie :

  • Le voyage de Bougainville, L'Amourier, 2015
  • Tristran, Obsidiane, 2010
  • Le petit séminaire, Flammarion, 2007
  • Le hasard, Obsidiane, 2004
  • Méridien de Greenwich, Obsidiane, 2000 (Prix Max Jacob, 2001)
  • Fragments du hasard, Céphéides, 1998, HC
  • Le désert et le monde, Flammarion, 1997 (Prix Tristan Tzara, 1998)
  • Introduction au désert, Obsidiane, 1996
  • Alecto! Obsidiane, 1994
  • La nature à Terezin, Europe Poésie, 1992
  • Le déportation d'Hermès, pièce radiophonique, France Culture, 1987
  • Passage d'Orient, Messidor, coll. Digraphe, 1984
  • Le montreur d'images, Saint-Germain des prés, 1978

Récits :

  • Du neutrino véloce ou Discours de la virgule, Passage d'encres, 2015
  • Cabinet de société, Éd. Henry, 2011

Traduction :

  • Seamus Heaney - La lanterne de l'aubépine, Le Temps des cerises, 1996



Extraits


Introduction au désert

Parfois           un pouce entre les pages           écoutant
l’obscure leçon           j’entends au loin des pas
des souffles dans les pins alourdis           en ce temps
l’été 43
...           comme si rien n’était écrit
comme si dans cette aube fossile           des enfants
erraient toujours           taciturnes           les pieds
et les mains blessés           fuyant les années

mais rien ne nous répond           les bois sont libres
les partisans muets et les lauriers coupés
il n’y a que le vent à me renifler
les nuages qui déplacent les crêtes           et le froid
qui apaise le sens


Le hasard
Jazaïr Farasan, VI 79

Passé le tropique l’axe se perd entre des îles
Tessons d’argile abandonnés par les dieux
Où parfois une excavatrice
Remonte au jour sous un masque d’or
Un cadavre carbonisé

Leurs fils sont de maigres figures d’os
Qui savent pourtant quand le soir vient
Avec la bouche imiter le chant
D’oiseaux disparus dans un siècle lointain
Avant          bien avant que l’on sût y unir
L’harmonie des vers          du temps
Que la terre était molle

Et moi aussi si j’osais          je voudrais
Ecrire une élégie dans un goût ancien
Assis sur le pont entre les treuils
Le Coran aux genoux          et rêver
La lèvre froncée sur le bout du stylo