Rémy LESTIENNE :

   Temps et Science

 
                    

                                                

 

                                                                    

      Le fil conducteur de mes réflexions est la notion de Temps et les rapports entre cette notion et les concepts qui en sont dérivés dans les sciences: la causalité, l’entropie, le devenir en physique et en biologie, ainsi que la façon dont notre cerveau utilise cette variable temporelle pour acquérir et maintenir la connaissance qu’il peut avoir du monde. Ce fil conducteur m’a amené de la physique, mon domaine de formation initiale, à la biologie et aux neurosciences. Il m’a donné l’honneur de présider, de 1998 à 2004, l’International Society for the Study of Time, forum interdisciplinaire de chercheurs et penseurs consacré à l’épistémologie du temps ( www.studyoftime.org )

 

     Chercheur au CNRS depuis 1962 et Directeur de Recherche depuis 1976, j’ai d’abord poursuivi des recherches en Physique des Hautes Energies à l’Ecole Polytechnique de Paris et au CERN à Genève. Après mon séjour à Alger comme Attaché Scientifique auprès de l’Ambassade de France  je me suis tourné vers la biologie et les neurosciences théoriques, domaine dans lequel j’ai travaillé successivement à l’Université de Californie du Sud (USC) à Los Angeles (1985-1987), à l’Institut des Neurosciences de l’Université de Paris VI (1987-1990) puis au Laboratoire des Neurosciences des Processus Adaptatifs de la même Université (1994-2005). Entre-temps, j’ai également assuré des fonctions d’administration de la recherche et de représentation diplomatique : au Caire (1974-1977), à Alger (1981-1985), à Washington (1990-1994) et enfin à Brasilia (2001-2005).

 

     Cette diversité de fonctions m’a amené à m’ouvrir aussi aux relations internationales et particulièrement aux rapports Europe-Etats-Unis (j’ai participé activement à la création de l’Association Euroscience en 1997 – cf. www.euroscience.org), ainsi qu’aux rapports Europe-Méditerrannée - assurant le secrétariat du Prix Rammal de 2000 à 2010, et à la coopération scientifique avec le Brésil, pays de mon premier séjour à l’étranger et de mon dernier poste diplomatique. 

 

 

LIVRES

 

   Unité et Ambivalence du concept de Temps physique.

    Monographie (204 p.). Cahiers d’Histoire et de Philosophie des Sciences N°9 (Paris, CNRS, 1979).

Essentiel d’un cours délivré au Caire. Aucun chapitre la physique n’échappe au débat épistémologique sur le statut des concepts dérivés de la notion de temps en physique. Les deux approches principales portent d’une part sur le temps linéaire et homogène de la mécanique, lié à la causalité, et d’autre part sur le temps irréversible de la thermodynamique, relié à l’entropie.

 

   Les Fils du Temps, Entropie, Causalité, Devenir. 292 p.

    Les Presses du CNRS, 1990. Traduit en américain, et publié sous le titre The Children of Time par University of Illinois Press, 1995. Nouvelle édition revue et augmentée, CNRS Editions, 2003, ainsi qu’en format poche en 2007 et 2016.

    A travers le miroir de l’histoire des sciences, avec Galilée, Newton, Einstein et d’autres, le livre révèle comment les concepts de causalité et d’entropie, ces fils qui tissent le temps, ont pu devenir si contraignants qu’ils ont progressivement été identifiés à ce dernier.

    S’appuyant sur les acquis récents de l’astronomie, de la physique des particules mais aussi sur les recherches relatives à l’ontogenèse des êtres vivants et au fonctionnement du système nerveux central de l’homme, le livre décrit la révolution épistémologique actuelle. Le temps n’est plus le cadre figé d’une scène où la matière jouerait le premier rôle. Parce qu’il façonne le devenir en le rendant objectif, le temps apparaît désormais comme facteur principal de l’histoire, celle du cosmos et celle l’Homme, le plus « temporel » des animaux.

 

   Le Hasard Créateur, 282 p., La Découverte, 1993. Traduit en américain, sous le titre The Creative Power of Chance par University of Illinois Press, 1998. Traduit en portugais, sous le titre O Acaso Criador,  Editions EDUSP (Université de São Paulo), 2008.

    Ouvrant l’horizon sur le nouveau et le devenir, la notion de hasard est cousine de celle du temps. Dans ce livre, l’auteur argumente pour une réalité objective du hasard et confère au devenir un statut épistémologique de réalité, selon une tradition initiée en 1859 en physique par James Clerk Maxwell et en biologie par Charles Darwin. Depuis les travaux de ces deux pionniers, bien d’autres découvertes sont venues étayer le statut d’objectivité concédé au hasard, venues d’horizons aussi divers que l’exploration du système immunitaire et celle du système nerveux, l’observation de l’Univers et l’étude des phénomènes microscopiques régis par la mécanique quantique.

Ces indices ne nous poussent pas pour autant à abandonner le programme scientifique : l’idéal scientifique consiste à repousser toujours plus loin les frontières du hasard, et non point à affirmer dogmatiquement qu’il n’existe pas.

 

   Cerveau, Information, Connaissance. (avec Pierre Buser, de l’Institut). 227 p., CNRS Editions, 2001.

    Quelles sont les bases de notre connaissance du monde et comment s’organisent nos réponses motrices ? On a beaucoup insisté jusqu’ici sur l’organisation spatiale du cerveau, avec ses réseaux et ses aires spécialisées. Mais tout aussi essentielle est la gestion rigoureuse du temps par cet organe de la connaissance. Une gestion du temps qui se révèle progressivement et s’avère finalement fort différente de la manière dont travaillent nos ordinateurs usuels.

 

   Miroirs et Tiroirs de l’Âme. Le cerveau affectif. Editions du CNRS, septembre 2008.

    Le temps est une réalité complexe et son emprise sur le monde diffère selon l’objet considéré, de l’atome à l’Univers et de l’amibe à l’Homme. Le cerveau humain, par sa complexité, a développé une capacité particulière à en saisir les diverses facettes et les différents niveaux. L’émotion, la mémoire, le traitement de l’information actuelle sont des fonctions distinctes pour lesquelles le cerveau a développé des réseaux en partie différents, pour lesquels les centres nerveux de l’amygdale, de l’hippocampe et du cortex préfrontal jouent des rôles majeurs. Chez l’Homme, libéré des peurs ancestrales, ces centres nerveux ont développé, en dialogue avec le système des neurones miroirs et avec l’aide des réseaux neuromodulateurs, une aptitude particulière à l’empathie et aux émotions positives telles que la joie et l’amour. Les progrès récents de l’imagerie médicale confirment que le cerveau de l’Homme, construit en grande partie par le dialogue avec les autres, est particulièrement adapté à la vie sociale, teintée par l’affectivité.


 

   Dialogues sur l’Emergence. Editions Le Pommier, mars 2012. Traduit en Américain et publié comme numéro spécial de Kronoscope, vol. 16, 1, 2016.

    Comment expliquer l’apparition de nouveautés radicales dans la nature, telles que la forme des cristaux, l’apparition de la vie ou de la conscience ? Un nombre croissant de scientifiques réhabilitent l’idée déjà ancienne d’ « émergence », selon laquelle, lorsqu’on gravit les échelles de complexité, de la particule élémentaire aux galaxies et de l’amibe à l’Homme, des propriétés nouvelles apparaissent, qu’on ne saurait prédire par raisonnement réductionniste. « Le tout est plus que l’ensemble des parties », disent-ils.

    Le livre traverse différents domaines de la science : physique statistique, chimie, biologie de l’évolution, neurosciences, dans lesquels la question de l’émergence se pose avec une acuité particulière. Il le fait sous la forme vivante d’un dialogue : les trois protagonistes du célèbre livre de Galilée ‘Dialogue sur les deux grands systèmes du monde’ (Sagredo, Simplicio et ici Salviata plutôt que Salviati), rencontrent dans le Paris d’aujourd’hui de grands scientifiques disparus tels James Clerk Maxwell, Charles Darwin ou Ilya Prigogine. Leurs échanges réalistes opposent arguments réductionnistes et émergentistes. En les écoutant, on découvre les enjeux formidables de cette nouvelle querelle scientifique et philosophique, qui permet d’éclairer des phénomènes aussi étonnants que l’envol en formation des colonies d’étourneaux, le libre arbitre de l’Homme ou la nature du temps.

 

   Le Cerveau Cognitif. CNRS Editions, octobre 2016.

    Malgré sa modeste taille, notre cerveau est d’une redoutable complexité. Aujourd’hui de nouvelles technologies telles que l’IRM fonctionnelle et de diffusion, l’optogénétique, les peignes multiples d’électrodes, permettent l’observation et le contrôle de réseaux neuronaux avec une précision naguère inatteignable, et de nouvelles théories générales du fonctionnement du cerveau voient le jour. Selon ces dernières, le cerveau est vu aujourd’hui surtout comme une machine complexe à vérifier la cohérence des informations sensorielles reçues, à les corriger ou les compléter, et surtout à en analyser les causes probables. Pourtant, nous ne connaissons toujours pas précisément la manière dont le système nerveux central transporte l’information fournie par les récepteurs sensoriels jusqu’au cerveau et élabore les réponses motrices pertinentes. Ce que nous avons déjà appris au cours des dernières décennies n’en est pas moins fascinant, car les travaux des neuroscientifiques ont permis des progrès considérables, notamment dans le domaine médical. Avec les médecins et les psychiatres, les neurosciences se penchent aujourd’hui sur les maladies du système nerveux central.

 

 

PRINCIPALES PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES

 

En Neurosciences :

Lestienne R. (2001) Spike timing, synchronization and information processing on the sensory side of the central nervous system. Prog. Neurobiol. 65:545-591.

 

Oram M.W., Wiener M.C., Lestienne R. et Richmond B.J. (1999) The stochastic nature of precisely timed spike patterns in visual system neuronal responses. J. Neurophys. 81:3021-3033.

 

Lestienne R. (1999) Intrinsic & Extrinsic neuronal  mechanisms in temporal coding: a further look at neuronal oscillations. Neural Plasticity, 6:173-189.

 

Strehler, B.L. et Lestienne, R. (1986) Evidence on precise time‑coded symbols and memory of patterns in monkey cortical neuronal spike trains. Proc. Nat. Acad. of Sci. USA. 83: 9812‑9816.

 

Lestienne, R. et Strehler, B.L. (1987) Time structure and stimulus dependence of precisely replicating patterns present in monkey cortical neuronal spike trains. Brain Research, 437: 214‑238.

 

 

En épistemologie du Temps :

 

Lestienne R. (2009) Are galaxies and elementary particles real ? Objects, reality, space and time . An ISST Forum. Kronoscope, vol 9, 1-2, p. 91-110..

 

Lestienne R. (2000) Chance, progress and complexity in biological evolution. SubStance, vol 29, 1,  p. 39-55.

 

Lestienne R. (1997) Le Hasard et le Temps. Agone,  17: 13-23.

 

Lestienne, R. (1988) From Physical to Biological Time. Mech. Ageing & Develop., 43 : 189‑228.

 

Lestienne, R. (1987) A la mémoire de Ludvig Boltzmann : l'Entropie est‑elle objective ?

Fundamenta Scientiae, 8 :173‑184.

 

 

En physique des Hautes Energies :

Lestienne R. (1967) Etude d’interactions à haute multiplicité : les collisions à six branches chargées de π+ de 5 Gev/c sur l’hydrogène. Thèse de Doctorat d’Etat ès Sciences Physiques, Université de Paris.

 

Drevermann, H., Idschok, U., Winter, G., Böckmann, K., Apostolakis, A. J., Briggs, G., Kitchen, C. A., Major, J. V., Pols, C. L., Schotanus, J., Toet, D., van de Walle, R. T., Lestienne, R., Fleury, P., & Grosso, C., Quassiati, B., Rinaudo, G. and Werbrouck, A. (1967). Study of the 6-Pronged π+p Interactions at 5 GeV/c. Physical Review 161: 1356-1374.

 

Lestienne R., Chaurand B., Drévillon B., Gago J.M., Labrosse G., Salmeron R.A., Barrier M., Brandao M.A. et Ngyuen H.K. (1973). Pt distributions in hadronic interactions with and without baryon exchange around 5 GeV/c CMS energy, Nucl. Phys. B, 67 :348-361.

 

 

Sur la coopération scientifique entre la France et le Brésil :

Lestienne R. (2006) Brésil : perspectives scientifiques et technologiques. Futuribles, No 322, 59-70.

 

Lestienne R. (2006) Brésil : Un pays scientifique émergent. Géopolitique, No 96, 49-58.

 

Lestienne R. (2006). Quatro anos de cooperação universitária e cientifica entre a França e o Brasil, in “Diálogos entre o Brasil e a França” (organizador: Carlos Benedito Martins), Editora Massagana, p: 259-270.

 

      Contact : lestienner@gmail.com